Nous avons fait une pause d’une journee a Rio Grande et sommes repartis … sous les rafales de vent evidement.

terre de feu0006.jpg

Il me semble que cette terre est le royaume d’Helios. Nous parcourons difficilement 48 km, nous croisons nos premiers cyclotouristes ( Hispanophones ) sur la route dont un qui fait la meme route que nous et que nous croiserons a plusieurs reprises lors de notre voyage. L’Ile de la Terre de feu est isolee, sauvage, ventee mais belle. Nous bivouaquons au gre de notre fatigue, des terrains proprices le long de la route qui remonte sur le continent. Au niveau nourriture nous avons tout ce dont un Francais peut esperer pour se maintenir en vie dans une terre inconnue et hostile, c’est a dire du fromage, du jambon et du pain 😉 Par contre nous sommes moins au point au niveau de l’eau et contrairement a ce que l’on pourrait penser il n’y a pas de cours d’eau de partout.

La frontiere entre l’Argentine et le Chili se trouve a San Sebastien ou il n’ y a rien d’autre que des Douaniers, des champs et des moutons. La pluie s’en mele et nous faisons tamponner nos passeports au Chili completement degoulinants. Notre route se poursuit alors vers l’Ouest, sur une route de terre, pleine de cailloux … hum ! Tout se complique lorsque le vent ( toujours le meme ) de face nous force a stopper notre etape du jour apres seulement 12 km. Notre plus mauvaise moyenne depuis notre depart. Le proprietaire d’une estancia nous propose de dormir dans l’une de ses cabannes. Il est vraiment charmant, nous offre un cafe et un pot de confiture de rhubarbe faite maison. C’est un vrai bonheur de rencontrer des gens comme ca !

terre de feu0002.jpg

Les moutons sont nos compagnons de route pendant toute la traversee de l’ile, nous voyons egalement des guanacos, des chevaux, des oies, des flamands roses … c’est un peu le royaume de la faune et de la flore.

terre de feu0001.jpg

Apres notre journee “ratee” pour cause de rafales de vent, nous decidons de partir aux aurores ( 5h00 ) lorsque le vent ne s’est pas encore leve. Au reveil nous decouvrons une brume mysterieuse sur la campagne, c’est beau et nous avons hate de pedaler enfin. Jusqu’a 10h00 tout se passe bien, nous parcourons une quarantaine de kilometres en 2 heures. Puis la pluie arrive … nous poursuivons malgre tout. Vers 13h00 nous avons fait une centaine de km mais nous sommes encore loins de Porvenir. Nous decidons de continuer, le casse croute ( un lyophilise ) que nous venons d’avaler nous requinque. La route plate se transforme vite en “montagnes russes” et nos muscles commencent a souffrir ! La boue qui recouvre le chemin rend les descentes aleatoires, nous sommes boueux et extenues. Vers 16h00, a bout de force, nous nous resignons a bivouaquer sous la pluie, au milieu des moutons et au bord de la route …. un camion passe, on lui fait des signes. Il s’arrete et accepte de nous conduire dans le village de Porvenir. La route a bord du camion nous semble encore longue (25 km) et les montee – descentes sont nombreuses. Notre chauffeur du jour nous depose dans un hotel. Autant dire que nous avons completement crotte la chambre 🙂 Porvenir est un petit village isole, tranquille et assez plaisant. Nous y restons une journee supplementaire car le ferry de Punta Arenas ne navigue pas tous les jours. Nous profitons de cette pause pour visiter le village.

terre de feu0004.jpg

Un chat s’approprie notre remorque et se fait dorer la pilule au soleil !! La vie est paisible ici :

terre de feu0003.jpg

Comme l’hotel est trop honereux pour notre budget de routard, nous partons a la recherche d’un terrain de camping. Malheureusement il n’y en a pas, et nous campons finalement sur le terrain de football du village avec la benediction des “Carabinieri” ( n’est ce pas Olivier 😉

Nous sommes actuellement a Punta Arenas ( Capitale Chilienne de la Patagonie ), les facades colorees des batiments nous seduisent et nous faisons le plein de “comidas y bebidas” ( nourriture et boissons ) pour les prochaines etapes. En effet plus de 240 km nous separent de Puerto Natales, notre prochaine etape.

terre de feu0005.jpg

Si nous ne pouvons pas nous connecter d’ici le 24, Jerome et moi nous vous souhaitons de tres joyeuses fetes de fin d’annee.

¡ Feliz Navidad !

Video : extrait de la journee de boue

Print Friendly, PDF & Email

Comments

comments