Regardez une carte du Yukon, et pour une fois plutôt que de porter votre regard sur l’Ouest, déportez vous vers l’Est, à la frontière avec les territoires du Nord-Ouest. Au sud, vous remarquerez Watson Lake, 3eme ville du territoire après Whitehorse et Dawson ainsi que la route Robert Campbell qui relie le sud du pays Kaska aux communautés plus nordiques comme Ross River. Mais une petite route a retenu notre attention, une route semblant plus lointaine et mystérieuse. Une route qui passe la frontière avec les TNO et qui est sans retour. Une route enfin qui mène à une mine ! Tungsten.

C’est sur cette partie du pays que nous avons décidé de rouler, en famille et en autonomie complète depuis le dernier camping territorial de Nahanni Range (Yukon).

Plus de 200 km en 4 jours, aucune crevaison mais un déraillement de chaîne pour moi. Un caribou, des dizaines et des dizaines de porc-épics, lapins et perdrix … quelques belles traces fraîches d’ours et d’orignal.

Cette route de Tungsten est très sauvage, nous n’avons croisé que 5 camions de la mine par jour. Bien qu’elle ne soit pas asphaltée, la route était agréable et facile en vélo, même chargés avec une charrette à tirer.

Nous sommes allés jusqu’au col qui sépare le Yukon des TNO. La curiosité de découvrir cette mine n’a pas pris le dessus sur les conseils des travailleurs qui nous ont indiqué que ça serait très difficile de camper en bas. Nous avons donc posé nos sacoches sous le col au bord d’une petite rivière.

Le paysage plus que sauvage nous a envoutés, l’impression d’être seuls au monde n’était jamais loin. Et le plus important, la déconnection totale et reconnection avec les éléments nous a fait un bien fou.

Joséphine qui va bientôt avoir 5 ans a adoré son logis à roues, tantôt admirant le paysage, tantôt endormie.  Les nombreuses rivières qui traversent la route nous ont permis de voyager un peu plus léger: en effet aucun risque de souffrir de déshydratation et chaque halte au bord de l’eau était l’occasion de découvrir une nouvelle fleur, une nouvelle emprunte …

Du coup un détour en fin de périple aux Liard Hot Spring (dans le nord de la Colombie-Britannique) fut bien apprécié.

Ce voyage-test passé haut la main nous a conforté dans nos projets futurs. Voyager à vélo est décidément ce qu’il y a de mieux pour connecter avec la nature, les autres et surtout avec soi même.

Comments

comments