– Suite du précédent épisode –

… il est sorti de chez lui, sorti la main de sa poche droite quand soudain …  il en tire un décapsuleur et nous offre une bière. Notre hôte Robert est vraiment sympa et sa maison est ouverte à tous style de gens intéressants, Joséphine a eu droit à un cours de banjo, et a pu donner son petit concert …

Notre ferry part avec un jour de retard, on emprunte alors le passage intérieur vers Juneau, où l’on campe au terminal du ferry (avec 10 autres personnes), et on repart tôt le matin pour Sitka.

C’est une succession de fjords, pics acérés, petites montagnes toutes rondes qui nous conduit jusqu’au petit village de 9000 habitants situé sur l’île de Baranof. De petits îlots le protège des vagues et du vent du Pacifique et son éloignement relatif du continent le protège des bateaux de croisières qui, selon nous, dénaturent les villages et les transforment en Disney World.

On a été reçu comme des rois pendant une semaine par 2 hôtes différents : Kristine et Sam, puis Leslie et Tim. Kristine nous a fait découvrir la ville et les chemins de randonnées (sous la pluie), Sam nous a fait découvrir sa méthode de fabrication de bière artisanale (on doit y retourner pour la goûter). Leslie et Tim nous nous on fait un festin de produits locaux principalement du “black cod-morue noire” succulente. Tous nous ont introduits à leur cercle d’amis ce qui fait que Joséphine s’est fait des petits copains, a été invitée à un anniversaire à la piscine (qu’elle a adoré).

Au moment du départ elle ne voulait évidement plus partir. Moi j’aimais bien l’idée de s’installer à Sitka après 200 km de vélo, mais bon on a décidé de continuer un petit peu quand même …

L’histoire de Sitka est passionnante : elle mêle un passé autochtone, Russe puis Américain. L’art autochtone est sublime et omniprésent à travers les totems, masques, habits, sacs, peintures, etc… Tout cela sans être trop touristique ! Les paysages et la faune sont à la hauteur de tout le reste, je n’en dirai pas plus.

Après une semaine on a repris le ferry direction Ketchikan, quand soudain …

 

 

Jérôme

Laissez un commentaire plus bas

Print Friendly, PDF & Email

Comments

comments