Beaucoup de gens nous demandent ce que l’on mange en voyage, on a donc ouverts nos sacoches pour vous !

Dans la liste des petits plaisirs des cyclistes que nous sommes vient “faire du vélo dans contre le vent” et “faire du vélo sous la pluie” et “manger”.

On essaie de privilegier la dernière, et de la faire aussi appétissante que possible.

Coté épiceries, nous sommes choyés pour le moment : on évite les grosses chaines de supermarchés (que l’on déteste), on trouve des producteurs locaux, des magasins de bobos-bio-fancy, on est hébergés par des agriculteurs, ou encore on cueille pommes, poires, prunes, raisins, noix et noisettes. On a longé des champs de citrouilles mais on a pas osé en ramasser …

Les gens que l’on rencontre cuisinent tous très bien :  on a pu gouter des choses incroyablement bonnes telles que des pancakes aux épinard, des petits déjeuners avec toutes sortes de légumes, fruits et viandes, sans oublier le bon vieux délicieux burger des diners.

Quand nous sommes en camping, nous avons toute notre popote pour cuisiner, le plat de base reste invariablement les pates ou le riz, ou la soupe. On agrémente avec des légumes trouvés sur le bord de la route (des délicieuses tomates pour le moment). Le miel, confiture ou nutella reste la bonne surprise du chef.

Pour le midi c’est plus léger, heureusement on a presque toujours nos graines germées de Alfafa qui lorsqu’elles sont ajoutées aux sandwich de thon-avocat-tomates deviennent un vrai délice !

Notre appétit a bien doublé depuis le départ, et oui, je perds mes pantalons maintenant…

Quand on rejoint une ville on s’empresse d’acheter des produits gras et frais : beurre, glaces, lait entier, voir de la creme fraiche et du yaourt dans les céréales, etc. On fuit le 0% comme la peste !

Le reste du repas en images !

PS : voici un livre qui donne de bonnes idées, leur esprit de voyage est super aussi :

Jérôme

Laissez un commentaire plus bas

Print Friendly, PDF & Email

Comments

comments