Étapes :

 27/09/2008 - 25 km, 0 Mètre de dénivelé en 1 heure 36 - Villepinte 28/09/2008 - 46 km, 212 Mètres de dénivelé en 3 heures 15 - Crève cœur en Brie 29/09/2008 - 72 km, 310 Mètres de dénivelé en 4 heures 10 - Villenauxe la grande 30/09/2008 - 92 km, 322 Mètres de dénivelé en 5 heures 40 - Brienne le chateau 01/10/2008 - 83 km, 650 Mètres de dénivelé en 6 heures 18 - Arc sur Barrois 02/10/2008 - 95 km, 1050 Mètres de dénivelé en 6 heures 15 - Seveux 03/10/2008 - 75 km, 955 Mètres de dénivelé en 6 heures - Baume les dames 


Sur les routes d’Amérique du Sud, on avait réalisé à quel point nous ne connaissions pas tant que ça notre Terre d’enfance. Découvrir le monde et sa diversité culturelle c’est bien, mais connaitre ses origines c’est mieux.

Aujourd’hui nous sommes un peu comme un arbre qui a besoin de ses racines pour vivre, mais des ailes continuent de pousser au bout de ses branches malgré tout !

C’est avec joie que nous atterrissons à Roissy le samedi 27 septembre. Le temps est ensoleillé quoi qu’un peu venté. Tiens tiens le vent nous aurait-il retrouvé ici ? Nous pensions échouer en taxi dans un hôtel tout proche de l’aéroport, monter les vélos puis repartir le lendemain sur nos 2 roues pour l’est de la France. Mais voila, les chauffeurs de taxi se succèdent devant nos affaires volumineuses (vélos emballés dans des cartons) et refusent de nous emmener … ça on ne s’y attendait vraiment pas. Ni en Amérique Latine, ni au Québec nous avions du essuyer les refus des chauffeurs de taxi, bus, camion, trains et autres. Jérôme remonte donc nos 2 bicyclettes en 1 heure pendant que je prépare nos sacoches sous l’œil parfois intrigué des badauds du terminal 3 de l’aéroport.

Nous nous dirigeons vers le village Le Mesnil-Amelot ou les prix exorbitants des chambres d’hôtels nous forcent à repartir. Nous trouvons une piste cyclable autour de l’aéroport, c’est une aubaine ! On passe par Tremblay-en-France ( le Québec n’est pas si loin ) puis on s’écroule dans un hôtel au bord d’un périphérique. Nous nous endormons en fin d’après-midi … merci le décalage horaire. A 21 heures on émerge à peine, on se force presque a sortir, il faut bien penser a manger et attraper au vol le rythme de croisière français. Un “Buffalo grill” est posté juste en face de notre chambre, on est pas vraiment emballés de manger dans cette chaine de restaurant mais la fatigue prend le dessus. En entrant dans l’enceinte de l’endroit, j’ai la désagréable sensation d’être dans un pays étranger. Ou plutôt, et la formule correspond mieux à mon ressenti, je me sens étrangère ! Nos voisins de table parlent voiture, boulot … tout ce qui ne nous passionne … pas. Heureusement la nourriture nous redonne du baume au cœur et le dessert (profiteroles et gaufres), le sourire aux lèvres pleines de chantilly.

On s’endort le ventre plein pour une nuit de 12 heures. On est dimanche, il est 11 heures du matin et nous n’avons qu’une heure pour nous préparer et quitter la chambre. Je négocie avec le gérant de l’hôtel pour obtenir un petit déjeuner malgré nos 30 minutes de retard au RDV culinaire, matinal et quotidien.

Il fait beau et presque chaud en cette fin de mois, nous nous réjouissons devant les stands de charcuterie et de fromage des épiceries. A Lagny, on s’émerveille du pont et des quais de Seine. Un cycliste nous souhaite bonne route et bon voyage. En fin d’après-midi on trouve par hasard un camping dans le village charmant de “Crève cœur en Brie”. Lundi, nous nous arrêtons vers midi au Café des sports de Jouy le Chatel. Le patron, André, nous offre le pain, les cafés, une tarte aux pommes et son sourire. L’hospitalité existe encore dans notre chère France ! Patrice, habitué de l’endroit se passionne de notre parcours, nous discutons pendant près d’une heure.

La départementale que nous pensions emprunter jusqu’en Franche Comte est trop dangereuse (nombreux camions) et trop fréquentée, nous préférons rouler sur les petites routes et chemins. Notre choix est le bon, nous traversons des forets, découvrons un château ou une belle bâtisse à l’orée d’un bois. Nous grimpons sur la route du champagne, puis nous faisons la connaissance de Marcelle à Arc en Barrois. Marcelle a ouvert une chambre d’hôte dans sa maison, à la sortie du village. Elle nous invite à sa table mercredi soir, jour de mon anniversaire. Une excellente raclette et une compote de pommes faite maison nous attendent. Une personne charmante avec qui on s’est tout de suite sentis bien, la chaleur de sa maison, sa gentillesse, son hospitalité une fois de plus. En bref notre rencontre avec Marcelle est l’un des moments forts de nos pérégrinations en France.

Puis la pluie nous rappelle que l’automne est là, nous roulons sous les averses pendant 2 jours, posons la tente jeudi soir dans un champs près de Seveux. On est trempés, mais ça ne nous pose pas plus de problèmes que ça. On est en forme et heureux de pédaler chez nous. Du fromage du pays agrémente le plat de pâtes que nous engloutissons bien rapidement.

On est vendredi, la pluie a cessé et le soleil un peu timide nous encourage à parcourir les 80 derniers kilomètres qui nous séparent d’Avoudrey, point d’arrivée de notre périple. Le paysage est plus vallonné, les arbres un peu plus orangés, les vaches plus nombreuses … on approche 🙂

france_1.jpg

Vers 13 heures on arrive à Rioz, la librairie dans laquelle nous pensions acheter une carte du département (la notre est trop approximative) est fermée ! On demande donc notre route au boucher, rare commerçant a rester ouvert entre midi et deux. Finalement les indications que l’on nous donne nous font faire un détour de plus de 15 kilomètres …. On finit par rejoindre en fin d’après-midi Baume les Dames, sur les rotules mais surtout heureux, ne réalisant pas vraiment que notre périple se termine là ! Nous avons parcourus 488 kms en France en 7 jours, de Roissy à Baume les dames.

france_2.jpg

Notre aventure Ushuaia – Baume les dames se solde donc par un total de 5834 Kms.

Nous rejoignons Avoudrey en voiture à la tombée de la nuit, avec Marie-Claire la maman de Jérôme. Le lendemain nous attendons mes parents, et des amis chers pour fêter nos retrouvailles et notre fin de voyage. Un mélange un peu confus d’émotions, de joie et de bonheur.

Le plaisir de cuisiner avec les siens, ça fait du bien !

france_4.jpg

Puis vient le temps de la réflexion, comment faire partager notre expérience, nos images, notre vécu …

france_3.jpg

carte trajet.jpg

carte france.jpg

Print Friendly, PDF & Email

Comments

comments