A l’occasion d’une entrevue que Colin Teramura (instructeur au studio de sculpture Northern Cultural Expression Society de Whitehorse) m’a accordée,  j’ai pris conscience de l’impact que le projet du Totem de Guérison a eu tant sur les sculpteurs que sur les survivants des pensionnats.

Presque 1 an et demi après l’édification du totem, j’ai donc appris certains éléments qui rendent cette aventure complètement atypique. Plus j’y pense et plus je suis certaine que mon implication dans ce projet a changé ma vision du monde et a déclenché toutes sortes d’évènements plus que bénéfiques pour moi.

Voici donc en exclusivité les paroles du sculpteur Colin:

“Le Totem a été l’un des plus gros projets du studio de sculpture. Tout a débuté par une petite subvention de la commission de Vérité et Réconciliation chargée d’enquêter sur les effets dévastateurs du système des écoles résidentielles autochtones au Canada. Nous n’avions jamais fait de projet d’une telle ampleur auparavant. Nous ne savions pas vraiment dans quoi nous nous engagions. Ce fut un projet complètement fou. Nous voulions vraiment sculpter ce totem pour les survivants des écoles résidentielles. Lorsque nous avons débuté la sculpture, les survivants ont commencé à venir nous voir et nous raconter leurs histoires. Ils partageaient avec nous leurs souvenirs et expériences et nous avouaient qu’ils n’en avaient jamais parlé à qui que ce soit auparavant; ils ne savaient pas pourquoi ils en parlaient aux sculpteurs. C’était clair que le projet nous dépassait complètement !

Lorsque nous avons commencé à réfléchir au design final du totem, nous pensions sculpter un enfant sans tête ou une rivière de larmes. Mais les survivants nous ont indiqué que ce genre de design représentait un totem qui pleure. Or nous voulions faire un totem de guérison et non un totem de tristesse et de douleur. Nous avons donc changé notre idée initiale et décidé de sculpter tous les membres d’une même famille réunie au sein du totem. Les commentaires furent positifs à partir de ce moment là. Pour les jeunes sculpteurs impliqués dans le projet ce fut un exemple fort de ce qu’ils étaient capables d’accomplir. Ces gamins sont maintenant connectés, grâce à leurs mains, à leur propre histoire. Ils se sont engagés dans leur histoire et ont transformé l’acte de sculpter en un acte politique. “

Site dédié au Totem:

http://pedalemoinsvite.org/minisite/totem/

Article au sujet des cérémonies d’édification au mois de Novembre 2012:

http://pedalemoinsvite.org/2012/11/healing-totem-raising/

Site de la Commission de Vérité et Réconciliation:

http://www.trc.ca/websites/trcinstitution/index.php?p=15

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Comments

comments