La kone Laos (au revoir Laos)
Une journee de repos a CHAMPASSAK est mise a profit pour visiter le Vat Phou. Ce site archeologique le plus important et interessant du Laos est classe au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce temple de la montagne (en lao Vat Phou) est le berceau de la civilisation khmere, bien avant Angkor. Pourquoi avoir choisi cet endroit ? Parce qu’a une epoque tres reculee, des religieux, sans doute venus d’INDE, avaient vu dans la montagne appelee aujourd’hui Phou Bassak, le sexe de Civa durant le creation du monde. Toute une societe s’etait organisee autour de ce lieu sacre. Une ville s’etalait sur 4 kms. Pour l’heure, Vat Phou demeure un site sacre pour les bouddhistes qui l’ont, en quelque sorte, annexe au 16eme siecle. Une voie reliait ce Vat a Angkor.

Direction SIPHANDONE (4 000 iles) plus precisement l’ile de KHON DONG, derniere etape avant le Cambodge.

Ici, le Mekong prend ses aises en s’elargissant sur plus de 8 kms de large creant ainsi toutes ces iles. Et ne voila-t-il pas, qu’au site de PHAPENG, il se met a chuter d’une hauteur de plus de 15 metres. Imaginez le chaos d’enfer entre d’enormes rochers dans un tumulte assourdissant. C’est d’une beaute sauvage.

Nous quittons donc le Laos. Quelles empreintes a-t-il laisse sur nous ? Toutes ces petites mains s’agitant pour nous saluer, ces “Sabai dii” et “hello” joyeux, ces enfants accourant au bord de la route pour nous “toper” la main, ces motocyclistes roulant a notre hauteur pour taper la causette, ces longues files d’ecoliers a pied ou a velo, resteront des moments fort de notre passage dans ce pays.

La patience caracterise les laotiens a l’image des commercants, devant leur maigre etalage, attendant pendant des heures un acheteur. Les marches, ou l’on peut tout trouver, fourmillent d’articles et de gens.
Tout au long de notre chemin, nous n’aurons eprouve aucune difficulte pour nous nourir, boire et trouver des transports locaux.
Et que dire de la gentillesse des autochtones, de la quietude qui regne dans ce pays. Ils ne sont pas tres riches materiellement mais semblent satisfaits de ce qu’ils ont : soleil, eau, legumes, fruits, riz, matieres premieres pour construire leur maison (bois, bambou). Quelle lecon de vie.
Ils ne comprennent pas toujours notre motivation a visiter leur pays a velo, car ici, ils ne connaissent pas le temps libre et les loisirs. Ils travaillent tout le temps en se hatant lentement.

Demain, nous passerons la frontiere. Au revoir Laos et Soua sadai Kampouchea.

Print Friendly, PDF & Email

Comments

comments