Après une belle descente en vélo du camp de base du Condoriri, 2 bus et un taxi (toujours mal au ventre), nous rejoignons Copacabana le 5/8/2008. Copacabana dérive de la langue Aymara “kota kahuana”, signifiant “vue sur le lac”. Le lac Titicaca ( plus haut lac navigable du monde, 3810 mètres) tient son nom du rocher “Titi Khar’ka” (ce qui signifie en Aymara « Roc du Puma »).

C’est la veille de la fête nationale et tous les hôtels sont pleins. En effet, beaucoup de péruviens passent la frontière pour l’occasion et la petite ville est bondée ! Nous parvenons quand même a trouver une chambre pour un prix élevé (150 Bol) mais on n’a pas vraiment le choix. Le lendemain on découvre les rues animées de Copacabana, le marche. Les égouts débordent en cette journée et nous déambulons au milieu des odeurs nauséabondes : drôle de fête nationale !! On apprend également que les personnes qui viennent d’acquérir une maison, une voiture, un magasin se procurent des maisons ou voitures miniatures et demandent les faveurs de la vierge de Copacabana afin d’avoir une voiture ou une maison encore plus grande dans l’avenir !!! Ainsi une longue procession grimpe sur la colline qui surplombe la ville ….

Le lendemain nous changeons d’hôtel et nous partons, sac a dos rempli, a l’assaut de la Isla del Sol pour 2 jours d’immersion dans l’ambiance du lac Titicaca. 1h30 de bateau a moteur suffisent pour rejoindre la partie sud de l’Ile. On savait que l’endroit était touristique mais pas a ce point !!! Déjà il faut payer 5 bol pour accéder a l’ile !! Des dizaines d’enfants nous proposent des chambres, nous demandent du chocolat, essayent de vendre des cailloux … On grimpe, on évite la foule et très vite on se retrouve seuls sur cette ile sauvage et belle qui nous rappelle les Iles Manitounuk et le Nunavik. En chemin, on croise le chemin de dizaines de bergers, originaires de la communauté de Challa, (hommes, femmes, enfants) de moutons, ânes, vaches et cochons. Les hommes, moins réservés que les femmes nous demandent ou nous pensons camper. Nous nous dirigeons vers le Nord de l’ile et nous campons sur la Bahia Kona (comme la marque de vélo !) Norte. Nous sommes seuls, le ciel est plus dégagé et nous profitons d’une belle lumière en cette fin de journée.

Dans la mythologie Inca, l’isla del Sol est l’endroit d’où sont partis Manco Capac et Mama Ocllo pour fonder la cité de Cuzco. Ils voyagèrent jusqu’à ce que le bâton magique (un sceptre) en or de Manco s’enfonce dans la terre pour leur désigner le lieu où s’établir. C’est là qu’ils fondèrent la première ville inca qui deviendra Cuzco, c’est-à-dire le « nombril du monde » en langue quechua. Manco Capac enseigna alors aux hommes l’agriculture et l’artisanat et Mama Ocllo enseigna aux femmes l’art du tissage.

Dans la nuit le ciel se couvre et nous nous réveillons sous la pluie. Nous n’en avions pas eu depuis Pucon au Chili !! Je ne me sens pas très bien et les vomissements me guettent … je n’imaginais pas vraiment la Isla del Sol sous la pluie et les nausées ! On lève le camp en fin de matinée mais je suis essoufflée et franchement pas en forme.On parvient vers midi sur les sites archéologiques de l’ile. On est très déçus par les ruines, peut-être parce qu’on s’imaginait découvrir un temple des Cites d’Or (n’est-ce pas Fuf) et on trouve des murs de pierres, rien de plus. Néanmoins, le paysage étant très joli on profite de cette ambiance presque Méditerranéenne pour retrouver le point d’embarquement. Le retour en bateau n’est pas des plus agréables, je suis malade à 2 reprises … sous les yeux un peu gênés des autres voyageurs !

A notre retour de l’ile, Jérôme fait la connaissance d’un cyclo-voyageur Mexicain. Felipe est parti il y a 6 mois d’Ushuaia et rentre chez lui a Mexico en vélo ! Son site est disponible ici : www.felipecervantes.com Bonne route a toi Felipe ! Suerte …

Print Friendly, PDF & Email

Comments

comments