Nous avons largue les amarres une nouvelle fois pour nous envoler vers l’Argentine où nous sommes arrives mercredi en fin d’apres-midi. Le voyage a été long et a plutôt démarré sur les chapeaux de roue : nous avons dû réorganiser les bagages dans l’aéroport car nous étions en surplus, lorsque les cartons des vélos sont passes aux rayons X nous avons dû abandonner l’une de nos deux bouteilles du réchaud, enfin nous avons embarque moins de 5 minutes avant le décollage pour cause de surbooking …. ah les joies du voyage en avion ! Le reste du périple s’est bien passe, nous avons fait une escale surprise à Santagio avant d’arriver sur Buenos Aires. Nous sommes un peu abrutis par la chaleur en arrivant mais nous découvrons des vieilles voitures type Peugeot 504 sur le périphérique, des grandes barres d’immeubles longent ces avenues : tout ça me rappelle Lyon et sa banlieue. Notre taxi est un Kangoo et les 2 vélos sont attaches sur le toit avec une simple cordelette, c’est le système D ! En arrivant a l´hôtel, Alejandro auprès de qui j’avais fait les réservations m’accueille en me faisant la bise !! L´hôtel a du charme et date des années 1920. Vers 17 heures, nous nous endormons, terrasses par la fatigue, la chaleur et le décalage horaire. Vers 19 heures, nous décidons de sortir prendre la température de la ville, nous découvrons de grandes avenues très vivantes, beaucoup de personnes se promenant mais a un rythme soutenu malgré tout. Au hasard des rues, nous découvrons le Congres, immense bâtiment gris protégé`par des dizaines et dizaines de policiers. Dans le parc en face, des gens jouent au football, d’autres discutent en buvant du maté ( thé originaire des Indiens Guarani et boisson nationale). Le bruit de la circulation et des gens nous surprend un peu et rien ne s’arrête malgré la tombée de la nuit. On est dans un pays latin : ça se voit et ça s’entend !

Plaza Miserere Sortie d´école Metro Obelisque

Print Friendly, PDF & Email

Comments

comments