Depuis que nous avons quitté la Baja California qui a été si généreuse avec nous, nous sommes allé de surprises en surprises. Le ferry se rendant à Mazatlan ne fonctionnant pas, nous tentons sans succès de prendre un cargo. Nous nous replions donc sur le ferry qui se rend à Topolobampo. Mais trois semaines plus tôt, j’avais lu sur un site d’informations en ligne que l’un des plus gros parrain de la drogue venait de se faire arrêter dans sa villa de Los Mochis. A ce moment là, je me disais: “Pas de problème, nous n’allons pas là-bas”  mais c’était sans compter sur les imprévus qui rendent un voyage inoubliable. En effet, en arrivant dans le petit port charmant de Topolobampo, nous sommes obligés de passer par Los Mochis. La ville n’a rien d’attrayant si ce n’est une Panaderia où on peut acheter de vraies baguettes. Lors d’une sortie en ville pour se rendre justement à la panaderia, Joséphine qui est sur le porte bagage derrière Jérôme perd un peu l’équilibre (faut dire que les routes et trottoirs ne sont pas toujours en bon état) et se coince le pied dans la roue arrière. Après plusieurs minutes où mon taux d’adrénaline a atteint son point maximum, nous avons réussi à déloger son pied. Elle s’en sort avec une grosse égratignure et une grosse frayeur pour nous tous (et une roue voilée aussi …).

Le lendemain, nous décidons de prendre un bus jusqu’à Mazatlan. En attendant le départ nous avons 4 heures devant nous. Nous en profitons pour nous rendre au jardin botanique de la ville avec nos vélos chargés. Cinq minutes après notre entrée dans le parc, un garde nous indique que nous n’avons pas le droit de nous trouver ici !! Le problème c’est les vélos qui sont interdits dans les limites du jardin ! Surprise je lui demande si nous pouvons marcher à côté de nos vélos. Il me répond que ce n’est pas possible non plus et qu’il faut partir. Je lui précise quand même que je n’ai pas vu de panneau à l’entrée mais il m’indique sans un sourire que les fumeurs, cyclistes et étudiants sont interdits. Oui oui il a bien dit “Estudiantes”. Je manque de m’étrangler, des étudiants interdits dans un parc, est-ce que nous sommes au coeur d’une dictature ? Le garde, qui lui est en vélo soit dit en passant, nous escorte jusqu’à la sortie. Sur les grilles, un panneau indique que les vélos, les animaux de compagnie et les activités de prosélytisme politique sont interdits dans le jardin botanique. Les étudiants sont donc assimilés à des activistes politiques, mais les étudiants sont nécessaires à une société saine par leurs réflexions et le changement qu’ils souhaitent voir. A ce moment-là, je pense à la quarantaine d’étudiants qui ont disparu l’année dernière dans une ville corrompue jusqu’à l’os.

A El Rosario, à une cinquantaine de kilomètres de Mazatlan, nous nous faisons voler notre bouteille à essence pour le réchaud, à l’intérieur de l’hôtel ! Une visite éclair au poste de police de la ville ne donnant pas de résultats, nous nous fabriquons un réchaud à partir d’une canette de bière et d’alcool à 70 degrés. En attendant de se procurer une nouvelle bouteille, ce sera notre réchaud de secours. Nous nous rendons donc, un peu en catastrophe, dans la métropole de Guadalajara, deuxième ville du pays avec son million d’habitants. Tout comme Los Mochis, nous n’avions pas prévu de nous rendre à Guadalajara. Cependant, notre expérience ici valait bien le détour. Nous avons fait des rencontres incroyables en peu temps. Notre hôte, Florentino en particulier, est une personne très généreuse et talentueuse. Le soir de notre arrivée dans sa maison, il invite des amis qui se pointent avec leurs instruments de musique. Nous jouons tous, nous improvisons, nous dansons, nous rions tous ensemble jusqu’à une heure du matin. Pour une soirée de bienvenue, c’était très réussi ! Même Joséphine a fait son spectacle et a tenu le coup jusqu’au bout.

Nous avions prévu de rester peu de temps, ça fait maintenant 8 jours que nous profitons de la ville, de ses beautés mais surtout nous nous régalons des discussions, des rencontres et des échanges plus qu’enrichissants et motivants que nous trouvons ici.

En guise de conclusion, je vous laisse sur une petite vidéo qui résume un peu notre séjour à Guadalajara:

 

 

Comments

comments