Enfin le vrai depart vers le sud.
Nous laissons Vientiane au doux nom lao de Vieng Chan ce qui signifie “Ville du santal” ou “ville de la lune” car le Mekong y decrit une courbe en forme de croissant de lune.

Notre route passe au pont de l’amitie, veritable lien entre la Thailande et le Laos. Ensuite, celle-ci se tranforme en piste de laterite rouge avec d’enormes ornieres, notre allure de croisiere passe de 20 a 10 km/h et nous roulons moins les mecaniques. Nous traversons egalement un chantier de renovation de cette piste qui se tranforme en une gadoue pas tres agreable pour nos deux roues. Sacre Ponts et Chaussees Laotiens….

Les innombrables “hello”, “sabai dii” et autres gestes amicaux lances par des enfants nous font chaud au coeur et nous donnent du courage.
La premiere etape s’acheve au bout de 110 km alors que nous n’en prevoyons qu’une cinquantaine en moyenne : dopage ou pretention ? Nous arrivons a la tombee de la nuit, harasses, poussiereux, extinction des feux a 20 h 30.
 
La route est diablement droite et large sous un soleil genereux ; heureusement le Mekong a droite et une chaine de montagnes a gauche interrompent ce sentiment de monotonie. Ici, la vie suit son cours : travail dans les rizieres et les potagers, des centaines d’enfants courant dans tous les sens et les bus nous doublant dans un concert de klaxon.

Nous arretons pres d’un groupe de jeunes filles tressant des paniers avec du bambou coupe en lamelles. Il suffit de s’arreter de temps en temps pour entrer simplement en contact avec les autochtones.

Deja trois etapes et 220 km au compteur.

Des petits tracas de sante lies a la chaleur ainsi que la fatigue nous incitent a prendre l’autobus pour un saut de puce de 150 km a THAKEK ou nous faisons une halte de deux jours. Nous en profiterons pour voir un temple au bord du fleuve ainsi qu’une visite… a velo dans un site karstique remarquable.
    
Print Friendly, PDF & Email

Comments

comments