Nos parutions et livres photos

Nos parutions et livres photos

Extrait carnet aquarelle Nelly 2017

Carnet d’aquarelles de nelly GUIDICI. Voyage à vélo en famille pendant 14 mois et 9000 kilomètres entre le Yukon, l’Alaska, les Etats-Unis, le Mexique, l’Irlande et la France.

Livre voyage à vélo en Amérique du sud 2008

Notre projet est simple, parcourir La Cordillère des Andes à vélo.
Pourquoi cette chaîne de montagne ?
Simplement parce que nous sommes amoureux des cimes et des pics enneigés. Atteindre un sommet, découvrir un panorama que l’on a imaginé lors de la préparation et pendant l’ascension, la joie d’être “en haut”, de se sentir vivant, voir l’horizon, l’infini du paysage.
Les montagnes nous apportent la joie et la satisfaction de se sentir à la fois minuscules et grands.
Voyager en Amérique Latine signifie forcément découvrir, approcher, gravir et aimer les sommets de cette cordillère Andine.

Plus d’informations ici

Livre voyage à vélo en France 2010

Périple de 1100 km pour un dénivelée de 16.000 mètres, réalisé par Joséphine, Nelly, Jérôme à la force des mollets et surtout au gré des humeurs entre le 8 juin et le 25 juillet 2010.

plus d’information ici

La France a velo : Le Queyras

La France a velo : Le Queyras

Le Queyas : (en occitan Cairàs) est une vallée du département des Hautes-Alpes, mais également un parc naturel régional. La vallée est très peu urbanisée, donc peu éclairée, la pollution lumineuse est quasiment nulle; conjugué à son climat laissant beaucoup de nuit claires, cela en fait un endroit très prisé par les astronomes amateurs.

 

PAYSAGES

Ce sont les Queyrassins qui, par leur travail, ont façonné la nature et donné aux paysages l’aspect qui est le leur, bien que les sommets, les pierriers, les ravins abrupts soient restés hors de leur portée.De fait, ces paysages sont aussi historiques et, au fil des siècles, ils ont changé. Il y a deux siècles, le Queyras était moins boisé qu’il ne l’est aujourd’hui. Pendant la longue période de prospérité et de croissance démographique du XVIe au XVIIIe siècle, la superficie occupée par la forêt a reculé, en dépit des mesures prises pour éviter une déforestation massive, ce qui a eu pour conséquences de renchérir le prix du bois d’œuvre, plus rare. Dans les années 1860, une loi forestière a incité les communes à préserver les forêts et, grâce à des avantages fiscaux, à replanter en forêts les terres laissées en friches. On y admire le travail séculaire des hommes qui ont tracé au milieu des éboulis informes des parcelles nettement délimitées, les ont entretenues avec soin, et dont l’herbe taillée ras varie du vert tendre au vert foncé. Les terrasses constituent (ou constituaient quand elles étaient encore entretenues et visibles) un des éléments essentiels du paysage queyrassin.

 

HISTOIRE et CULTURE

Le fait le plus important pour comprendre ce qu’a été la culture dans le Queyras, fait que le Queyras partage avec le Briançonnais, est l’instruction précoce et massive de la population. Au XIXe siècle, la population qui vit au nord d’une ligne qui relie Saint-Malo à Genève est majoritairement alphabétisée, même les femmes ; celle qui vit au sud de cette ligne est majoritairement analphabète, sauf dans les deux hautes vallées du Briançonnais et du Queyras, où l’alphabétisation a commencé à la fin du XVe siècle (la communauté d’Abriès rémunérait un régent dès 1456) et où elle a atteint un niveau égal ou même supérieur à celui des grandes villes du nord de la France

 

Contenu issue de http://fr.wikipedia.org/wiki/Queyras

 

 

 

 

 

 

La France a velo : L’Auvergne

La France a velo : L’Auvergne

L’Auvergne est une des régions de France qui m’attire le plus. Pour l’avoir approchée en 2003, je souhaitais y retourner et prendre le temps de découvrir les paysages, la gastronomie, les Auvergnats, en un mot la culture de ce coin de France encore peu fréquenté par les touristes (heureusement !). Mes attentes étaient fortes et je n’ai pas été déçue, ni Jérôme d’ailleurs qui a été agréablement surpris par la convivialité et la gentillesse des habitants. L’accent chantant nous rappelle que le Sud n’est pas loin. En bref sillonner l’Auvergne à vélo fut un véritable bonheur tant par les paysages vus, les villages de caractère traversés ou les plats locaux goûtés.

Une pause de 2 jours à Aurillac nous a permis de nous familiariser avec le décor, les volcans et les vaches Salers ne sont pas loin. En effet, du centre ville, on a toujours la possibilité de voir au loin les champs sur les pentes généreuses des collines environnantes. Il y a des endroits comme ça où à peine arrivés le contact avec les gens donnent l’impression d’avoir toujours vécu ici, Aurillac en fait partie.  Sortir d’Aurillac est tellement simple et agréable que nous prenons le temps de nous enivrer du paysage: la très belle vallée de la Jordanne qui nous dépose au pied du Puy Mary au terme de 2 jours de montée (jusqu’au Pas de Peyrol à plus de 1500 mètres d’altitude).

Les encouragements des groupes de cyclistes croisés sur la route sont les bienvenus, malgré une très belle montée, les rafales de vent freinent parfois notre progression. Mais au terme de 2 heures d’efforts, le sublime panorama du col est la plus belle des récompenses.  On grimpe jusqu’au sommet du Puy Mary, à pied cette fois-ci, puis l’affluence dominicale aidant, nous descendons un peu pour trouver un coin de verdure où casser la croûte.

Le village de Cheylade un peu en contre-bas dans la vallée nous accueille le jour du bal musette, il y a de l’ambiance à notre arrivée, et que dire des parties de pétanques devant l’église … Nous profitons de l’après-midi pour visiter une petite exposition sur les cloches “Cloches des villes et cloches des champs”.

Notre route nous porte ensuite vers le Nord en passant par le plus haut village du Cantal:  Montgreleix (1200 mètres)  à l’entrée du plateau du Cézallier.  La pente est raide pour grimper là-haut mais découvrir le panorama que le Cézallier offre est un moment inoubliable,  assise dans l’herbe avec Joséphine, mon regard se perd dans ce paysage insoupçonné, je repense soudain à l’Argentine …

Après avoir vu tant de beautés, nous sommes déçus par l’architecture froide et les couleurs sombres de Mont Dore, c’est pourtant là que nous nous reposons. Mes parents nous rejoignent, une pause fraîche et humide où nous sommes simplement heureux de nous retrouver.

La plus grosse étape du voyage se fait presque naturellement entre Mont Dore et Riom, 77 km entre la chaîne des Puys, Volvic et l’affreuse zone commerciale à l’entrée de Riom. Les volcans sont déjà derrière nous, en bref une région superbe, chaleureuse et facile à sillonner à vélo: un coup de coeur !

La France a velo : Les Alpes

La France a velo : Les Alpes

Voici un résumé rapide de cette étape d’une 10 ene de jours

Apres la traversee des Bauges; de Gruffy (74) a Verrens-Arvey (73), puis un super sejour chez les dubois (tres reposant et miam Miam 5 toques), On fuit la chaleur écrasante de la vallée de la tarentaise début juillet en se rendant a val cenis ou l on y reste 2 jours pour marcher.
On passe ensuite le col du mont cenis, une vraie galère tellement il y a des motards qui se la joue circuit de course, on a du en croiser 500 au moins, pas un signe… (qu’on me dise plus que la moto est un sport…)

Le lendemain pur plaisir puisqu’on descent en italie : 1500 de dénivelée en 25 km, personne sur la route. On prend le train de Susa a bardonecchia pour eviter la nationale bondee ( on a fait pareil de chamousset a modane en maurienne )

Les italiens nous ont reserve un superbe accueil avec Josephine : Elle a eu le droit a pleins de bisous et s’est baladee dans pleins de bras. On a du ensuite la cacher pour avancer car ca devenait impossible. On garde une tres belle impression des italens (et italiennes …), prochain voyage ?

Le lendemain on attaque le col de l’echelle a 1700 m, tres belle montee, paysage superbe. On arrive ensuite dans la valee de la claree, en France. C’est très beau, Mais un peu trop touristique a notre gout.
Lionnel nous rejoint pour un jour de marche tres agreable, avec comme d’habitude son chocolat de ses desserts sortis d’un rêve !
Une journee de fariente, une autre rando le lendemain concluent notre visite de ce domaine.

Le lendemain on descent sur briancon, Les pentes dans la ville me rappelle la Paz, heureusement ca descent !!
Et voilà on attend a nouveau le train pour éviter le fond de vallée, mais quelle est notre future destination ?

La France a velo : le jura

La France a velo : le jura

Voici des photos et une video de notre début de périple en France a vélo avec Joséphine, nous sommes parti de Avoudrey (25) jusqua Gruffy (74), avec mes parents en une 10 ene de jours.

Les mollets sont maintenant plus ferme, Joséphine se porte comme un charme dans sa charrette, les nuits en montagne sont fraîches; mais le dieux du vélo veille sur nous puisqu’on a trouve de superbes gîtes sur la route, et malgré des nuages menaçants on a reçu que très peu de pluie 🙂

 

La video :

La carte :

http://www.openrunner.com/index.php?id=522206

Quand le voyage prend fin tout en douceur

Le voyage s’est prolongé pendant presque 1 mois entre Lyon, Besançon et Strasbourg. Passer du temps avec toutes les personnes qui nous ont manqué pendant cette année de découvertes sur les chemins lointains a été de véritables moments de bonheur. Merci à tout ceux qui nous ont accueillis, nous sentir entourés, appuyés fut très agréable. Des repas copieux aux séances de projection d’un diaporama confectionné pour l’occasion, chaque minute passée avec vous tous reste un excellent souvenir.

En famille avec nos parents, grands-parents :

20081015-Lyon-0036.jpg

20081025-Alsace-0070.jpg

Avec ma sœur, Émilie :

20081018-Lyon-0062.jpg

Avec nos amis d’Alsace :

20081025-Alsace-0077.jpg

20081031-Alsace-0167.jpg

Avec les tantes de Jérôme (Dominique et Jacqueline):

20081031-Alsace-0149.jpg

Avec la cousine de Jérome (Agnès à droite sur la photo):

20081025-Alsace-0072.jpg

Nombreuses sont les personnes que nous n’avons pas pris en photo, on ne les oublie pas pour autant. Merci donc à mes parents, Marc et Martine, François, Sébastien, Nicole, Patrick, Christine, Yves, Alain, Claudine, Elodie, Elise, Jasmincka, Cram, Béatrice, Marco, Seb, Damien, Jean-Pierre, Alice, Danielle, Didier, Leaticia, Isabelle, Yannick, Christophe, Jacko, Caroline, Béné, Thierry, Romain, Mahé, Fanny et la petite dernière de la famille Bossert, Ninon.

A Strasbourg et à Lyon on reprend contact avec la gastronomie, tous ces plats sucrés et salés qui font parti de notre patrimoine. On en a tellement rêvé sur les routes d’Amérique Latine que l’on ne réalise pas vraiment que de véritables trésors sont exposés derrière les vitrines des commerçants !

20081104-Alsace-0175.jpg

20081014-Lyon-0028.jpg

De Ushuaia à Cuzco il y a 124 jours de vélo, soit 5840 km au total (en moyenne 4 heures par jour) … Depuis notre arrivée dans le Doubs, on a 5 heures 50 de vélo à notre actif et 78 kilomètres … il ne faut pas perdre la main ou plutôt le coup de pédale !

Finalement le voyage prend fin tout en douceur pour mieux recommencer, sur une autre terre, sur d’autres chemins … La suite au prochain épisode !