De l’Amérique du sud à…… l’Asie

De l’Amérique du sud à…… l’Asie

Les vélos rouges que vous avez pu suivre le long de la Cordillère des Andes sont au repos (Nelly et Jérôme aussi).

Dans la famille des globe-trotteurs, voici le père et la mère.

Nous prenons le relais dans l’espoir de vous faire partager, à notre tour, notre soif d’Asie…

Depuis quelques mois, nous préparons un voyage au Laos et Cambodge.Nous projetons, en effet, de rejoindre Ventiane à Phnom Penh, également en vélo, le long du Mékong et du lac Tonlé Sap.

Le vélo est pour nous le moyen idéal pour prendre le temps de rencontrer des gens, de les côtoyer dans leur vie quotidienne, nous enrichir de leur culture et traditions et, en plus, pour rester en forme…. (2 000 km)

Plusieurs séjours en Asie du sud-est, organisés et en petits groupes, nous ont donné envie d’y retourner tant nous avons été émerveillés et charmés par l’accueil chaleureux et cette fois, nous voulons découvrir ces deux pays par nous-mêmes et à notre rythme.

 

Une cérémonie nous a particulièrement émus. Le temps d’une soirée, à la dernière pleine lune de novembre, marquant la fin de la mousson, c’est la fête du Loy Krathong. En vagues successives, des offrandes fleuries (tranches de troncs de bananiers décorés de feuilles magnifiquement tressées et ornées de fleurs jasmin, orchidées, lotus, frangipaniers et agrémentés de trois bâtons d’encens) sont déposées sur les fleuves et rivières à la nuit tombée. Ces offrandes rivalisent de beauté et emportent avec elles au fil de l’eau les espoirs, les demandes de pardon, les soucis et les vœux de milliers de personnes, dont le nôtre.

Une autre légende dit que les fidèles de Bouddha facilitaient ainsi son chemin en l’éclairant de mille lumières.

Cette cérémonie, où dominent émotion et ferveur est un spectacle nocturne ravissant et enchanteur qui ne laisse aucun visiteur insensible.

 

Une autre raison nous motive.

Nous avons déjà rencontré au Cambodge une association française d’aide aux plus démunis que nous soutenons. L’Association Française Solidarité Cambodge (Site Internet : www.afs-cambodge.com) intervient dans le domaine de l’éducation des enfants et d’aide aux parents en mettant l’accent sur la scolarité des enfants mais aussi parrainages de familles, bourses scolaires, complément nutritionnel (lait de soja et pain dans les écoles (photos 2 et 3), foyers d’accueil pour collégiens, lycéens, étudiants, centre de formation professionnelle .D’autres actions,telles que le prêt de vaches ou la banque de riz ont été mises en place. Toutes ces actions sont encadrées par des Cambodgiens sous le contrôle de l’A.F.S.En effet,cela permet aux Cambodgiens de se prendre en charge.

Toute demande d’aide  émanant des familles doit nécessairement être accompagnée d’un projet qui fera l’objet d’un suivi. Des responsables locaux se chargent de cette mission. De plus, une délégation française se rend bénévolement sur place une ou deux fois par an, pour contrôler les actions entreprises et garder un contact fort avec les locaux.

De plus, nous espérons aussi pouvoir apporter une aide concrète (travaux divers) à l’occasion de notre séjour à Phnom Phen et Battambang. En effet, nous comptons passer une huitaine de jours avec nos amis cambodgiens et rendre visite à la famille que nous parrainons. Nous nous attendons à vivre des moments forts en émotions.

Ce voyage au pays du sourire est prêt tant sur le plan matériel que dans notre tête. Vivement le départ, nous sommes si impatients maintenant….

Un grand merci à William et Anthony pour avoir préparé nos bicyclettes. Leurs conseils en matière de mécanique vont certainement nous être d’un précieux secours.

Merci aussi à Nelly et Jérôme pour leur soutien, leurs encouragements et avec qui nous partageons leurs souvenirs de voyage ainsi que leurs petites recettes de cuisine venues d’ailleurs. C’est très enrichissant et nous les embrassons très fort.

Nous vous donnons rendez-vous fin novembre pour vous faire part d’anecdotes, de surprises et de belles rencontres….
Marie-Claire et Christian

 

Au revoir Kuujjuaraapik/Whapmagoostui

Nous voila de retour à Montréal, avec un programme de folie.

La tristesse suite a notre départ du village s’est changée en joie lorsque l’on a retrouvé nos copains de Montréal, la nourriture variée, et du bon vin (quoique, les prix sont toujours aussi hauts)!

Le premier jour on a servi de cible de fléchette a un médecin fou de vaccins, il nous a piqué 4 fois chacun !! La paranoïa de l’Amérique du nord n’est pas une légende, on n’y a pas échappé. En plus il n’avait pas l’air en forme ce médecin, il ressemblait à Woody Allen, mais en moins drôle.

S’en sont suivi visite de boutique a la recherche de produits introuvables, déménagement de nos cartons chez un copain…

Ca fait toujours drôle de revenir dans une grande ville quand on a connu notre mini village coupe du monde, c’est agréable de se faire surprendre à chaque fois.

Sinon notre départ de Kuujjuarapik s’est bien passe, on a été beaucoup remercié pour le travail qu’on a fait (par le chef en personne !), on a reçu quelques beau cadeaux d’art Cree, et des chaudes embrassades, cela nous a fait du bien. Ca m’a quand même attristé de quitter toutes ces personnes, très gentilles, mais qui ont quand même pas mal de problèmes, et sont plus ou moins attachés a Kuujjuaraapik/Whapmagoostui. Certains nous enviaient d’avoir la possibilité de faire ce qu’on fait, si je trouve cette réflexion irritante de la part des gens du sud, je la trouve sincère de la part des Autochtones (tamponneuses), certain sont vraiment emprisonnés dans leur village…

On a fait une dernière soirée a la Vodka avec Yvan… Toujours mal au crane le lendemain, decidement !

Je commence enfin à mesurer ce qu’a été notre expérience la haut… mais ce sera pour une prochaine fois !

northern_pictures2_028.jpgnorthern_pictures_032.jpg

Photos : Anciennes photos

Les jours sont comptés

Nous sommes presque sur le départ car une petite semaine nous sépare de notre départ de Kuujjuarapik. Hier soir, Jérôme et moi ne réalisions pas qu’il nous restait moins de 10 jours à vivre ici. Nous avons presque l’impression d’avoir passé toute notre vie sur cette terre.

Olivier, collègue de Soleica et ami, est arrivé Mardi dans le village. Désormais et jusqu’à notre retour à Montréal, Jérôme et lui travailleront ensemble. Son arrivée a été un soulagement car nous pouvons enfin discuter de notre projet autour d’un verre de vin 😉

Les premiers cartons du déménagement sont prêts, notre remorque est arrivée en début de semaine. La préparation se passe bien sauf peut-être l’espagnol … Je compte sur mon oreille et sur mes bases d’italien pour pouvoir m’exprimer. C’est pas terrible comme technique, je sais … mais j’ai la lointaine impression que la langue latine nous envoutera, une fois perdus au milieu de la “Terra del Fuego”.

En repensant à notre expérience trans-Atlantique, le premier mot qui me vient à l’esprit est EXTREME. Extrême car nous sommes passés d’un extrême citadin à un extrême naturel et authentique, nous avons sauté d’une bouillonnante société multi culturelle à une société autochtone qui malgré les difficultés apparentes dessine son propre chemin. Je vais quitter ce pays, heureuse d’avoir pu découvrir ce monde rude et attachant; cependant l’envie d’y retourner me titille … 15 mois c’est trop court pour pénétrer et comprendre une communauté bien différente de la notre !

Photo: La fameuse remorque

_DSC2101.jpg

Le calme avant la tempête

Nous sommes déjà le 1er Novembre 2007 et nous entamons donc la dernière ligne droite. Tout se précise, le stress mêlé à l’excitation et la fatigue prend le dessus … Notre petit appartement ressemble davantage à un “abri”: les affaires que nous apporterons avec nous, les cartons, les cours d’espagnol, les guides, les revues de voyage occupent tout l’espace du salon-cuisine-salle à manger !

La neige est arrivée en début de semaine, les plus petits lacs des environs commencent à se figer, la visibilité est très réduite et tout blanchit inéxorablement. Se rendre à pied à l’autre bout du village est toute une aventure, et je suis rentrée trempée hier de mon escapade à l’épicerie. La neige n’a pas refroidit les ardeurs de la communauté Cree du village. En effet, pour Halloween, j’ai croisé des dizaines de personnes de tous les âges ( anciens et bébés confondus ) déguisées et coiffées de perruques à la recherche des sucreries tant convoitées en cette journée. Les squelettes ont croisé les nombreux mini speedermen du village …

En début de semaine nous avons acheté une remorque polonaise : non ce n’est pas une blague. Les remorques à vélo de la marque Extrawheel ont été concues en Pologne et le système d’attache simple et la légereté de l’engin nous ont séduit. Notre “caravane” prend une allure presque définitive maintenant !

Photo: Le calme avant la tempête

_DSC2066.jpg

Compte à rebours

Hier soir j’ai eu droit à un dernier cadeau de l’automne : un vent presque inexistant, une lumière douce et orangée, l’air du large qui fait rosir mes joues. Quel bonheur de pouvoir, en quelques coups de pédale, contempler le spectacle ephémère de cette saison.

Aujourd’hui la pluie qui tombe est malmenée par les rafales et la température qui frise le zéro agresse, dès le pas de la porte passé. Vous imaginez aisément à quel point cette vision déprimante nous pousse à souhaiter une accélération soudaine mais nécessaire du temps. Nous quittons le village le 15 novembre prochain pour Montréal où les derniers préparatifs de notre voyage nous occuperont pendant une dizaine de jours.

Ensuite c’est Holà Argentina !

Les préparatifs m’ont permis de découvrir de nombreuses auberges de jeunesse sur Buenos Aires ainsi que quelques unes sur Ushuaia, le plus pénible reste à faire : paperasse, paperasse …

On garde le moral et la motivation ne manque pas …

Soleil d'automne