Enfin le vrai depart vers le sud

Enfin le vrai depart vers le sud.
Nous laissons Vientiane au doux nom lao de Vieng Chan ce qui signifie “Ville du santal” ou “ville de la lune” car le Mekong y decrit une courbe en forme de croissant de lune.

Notre route passe au pont de l’amitie, veritable lien entre la Thailande et le Laos. Ensuite, celle-ci se tranforme en piste de laterite rouge avec d’enormes ornieres, notre allure de croisiere passe de 20 a 10 km/h et nous roulons moins les mecaniques. Nous traversons egalement un chantier de renovation de cette piste qui se tranforme en une gadoue pas tres agreable pour nos deux roues. Sacre Ponts et Chaussees Laotiens….

Les innombrables “hello”, “sabai dii” et autres gestes amicaux lances par des enfants nous font chaud au coeur et nous donnent du courage.
La premiere etape s’acheve au bout de 110 km alors que nous n’en prevoyons qu’une cinquantaine en moyenne : dopage ou pretention ? Nous arrivons a la tombee de la nuit, harasses, poussiereux, extinction des feux a 20 h 30.
 
La route est diablement droite et large sous un soleil genereux ; heureusement le Mekong a droite et une chaine de montagnes a gauche interrompent ce sentiment de monotonie. Ici, la vie suit son cours : travail dans les rizieres et les potagers, des centaines d’enfants courant dans tous les sens et les bus nous doublant dans un concert de klaxon.

Nous arretons pres d’un groupe de jeunes filles tressant des paniers avec du bambou coupe en lamelles. Il suffit de s’arreter de temps en temps pour entrer simplement en contact avec les autochtones.

Deja trois etapes et 220 km au compteur.

Des petits tracas de sante lies a la chaleur ainsi que la fatigue nous incitent a prendre l’autobus pour un saut de puce de 150 km a THAKEK ou nous faisons une halte de deux jours. Nous en profiterons pour voir un temple au bord du fleuve ainsi qu’une visite… a velo dans un site karstique remarquable.
    

Bonjour le Laos

Bonjour le Laos

Comme pour nous rappeler qu’un voyage se mérite, Avoudrey etait recouvert de 10 cm de neige le matin du départ. Qu’a cela ne tienne, on “pelle” la neige, on se les caille, on charge et Hop c’est parti…
Un petit tour en Alsace, puis direction Francfort. Quelques petits tracas d’enregistrement bien sur (colis trop volumineux et trop lourds) n’entament pas notre moral. Nouvelle chute de neige la veille : l’avion decollerra-t-il demain ?
La navette pour l’aéroport nous emmène laissant Nelly et Jérôme agiter leur mouchoir sur le pas de l’hôtel.
Le voyage se déroule sans encombre. Nous songeons tout a coup que c’est la première fois que nous voyageons a deux. Cela promet….



Arrivée a Vientiane sous un soleil de plomb, 30 degrés a 14 heures. Nous récupérons les vélos entiers et filons vers notre havre de paix : la guesthouse Thongbay, maison traditionnelle faite de bois et de bambou.

Dans notre élan et faisant fi de la fatigue et du décalage horaire, nous assemblons les vélos en un tour de main , sans jurons…

Après une première immersion dans la ville, nous retrouvons enfin nos sensations et nos émotions tant attendues : circulation de motobikes, chaleur, architecture, mouvement perpétuel des laotiens sourriants et affables, végétation exubérante.

Nous avons fini notre soirée dans une gargote ou nous avons déguste notre première pho (soupe de nouilles, légumes et quelque chose de non identifiée) accompagnée de la Laobeer. 

 
Au cours d’une visite au centre culturel français, nous apprenons que l’aéroport de Bangkok a été pris d’assaut par les opposants au régime en place en Thaïlande. Nous y étions en transit pendant 5 heures et sur place, rien ne laissait présager de la tournure des événements. Nous réalisons, après coup, que nous avons eu beaucoup de chance car il semblerait que notre avion a ete l’un des derniers a quitter l’aéroport. Nous savourons doublement notre bonheur d’être ici.
C’est donc demain le vrai départ de notre périple a vélo vers le sud, le long du Mekong.

Rendez-vous dans une semaine, compte tenu que la prochaine grande ville, Thakhek, est a 350 km.

A bientôt, Pop kan mai.

De l’Amérique du sud à…… l’Asie

De l’Amérique du sud à…… l’Asie

Les vélos rouges que vous avez pu suivre le long de la Cordillère des Andes sont au repos (Nelly et Jérôme aussi).

Dans la famille des globe-trotteurs, voici le père et la mère.

Nous prenons le relais dans l’espoir de vous faire partager, à notre tour, notre soif d’Asie…

Depuis quelques mois, nous préparons un voyage au Laos et Cambodge.Nous projetons, en effet, de rejoindre Ventiane à Phnom Penh, également en vélo, le long du Mékong et du lac Tonlé Sap.

Le vélo est pour nous le moyen idéal pour prendre le temps de rencontrer des gens, de les côtoyer dans leur vie quotidienne, nous enrichir de leur culture et traditions et, en plus, pour rester en forme…. (2 000 km)

Plusieurs séjours en Asie du sud-est, organisés et en petits groupes, nous ont donné envie d’y retourner tant nous avons été émerveillés et charmés par l’accueil chaleureux et cette fois, nous voulons découvrir ces deux pays par nous-mêmes et à notre rythme.

 

Une cérémonie nous a particulièrement émus. Le temps d’une soirée, à la dernière pleine lune de novembre, marquant la fin de la mousson, c’est la fête du Loy Krathong. En vagues successives, des offrandes fleuries (tranches de troncs de bananiers décorés de feuilles magnifiquement tressées et ornées de fleurs jasmin, orchidées, lotus, frangipaniers et agrémentés de trois bâtons d’encens) sont déposées sur les fleuves et rivières à la nuit tombée. Ces offrandes rivalisent de beauté et emportent avec elles au fil de l’eau les espoirs, les demandes de pardon, les soucis et les vœux de milliers de personnes, dont le nôtre.

Une autre légende dit que les fidèles de Bouddha facilitaient ainsi son chemin en l’éclairant de mille lumières.

Cette cérémonie, où dominent émotion et ferveur est un spectacle nocturne ravissant et enchanteur qui ne laisse aucun visiteur insensible.

 

Une autre raison nous motive.

Nous avons déjà rencontré au Cambodge une association française d’aide aux plus démunis que nous soutenons. L’Association Française Solidarité Cambodge (Site Internet : www.afs-cambodge.com) intervient dans le domaine de l’éducation des enfants et d’aide aux parents en mettant l’accent sur la scolarité des enfants mais aussi parrainages de familles, bourses scolaires, complément nutritionnel (lait de soja et pain dans les écoles (photos 2 et 3), foyers d’accueil pour collégiens, lycéens, étudiants, centre de formation professionnelle .D’autres actions,telles que le prêt de vaches ou la banque de riz ont été mises en place. Toutes ces actions sont encadrées par des Cambodgiens sous le contrôle de l’A.F.S.En effet,cela permet aux Cambodgiens de se prendre en charge.

Toute demande d’aide  émanant des familles doit nécessairement être accompagnée d’un projet qui fera l’objet d’un suivi. Des responsables locaux se chargent de cette mission. De plus, une délégation française se rend bénévolement sur place une ou deux fois par an, pour contrôler les actions entreprises et garder un contact fort avec les locaux.

De plus, nous espérons aussi pouvoir apporter une aide concrète (travaux divers) à l’occasion de notre séjour à Phnom Phen et Battambang. En effet, nous comptons passer une huitaine de jours avec nos amis cambodgiens et rendre visite à la famille que nous parrainons. Nous nous attendons à vivre des moments forts en émotions.

Ce voyage au pays du sourire est prêt tant sur le plan matériel que dans notre tête. Vivement le départ, nous sommes si impatients maintenant….

Un grand merci à William et Anthony pour avoir préparé nos bicyclettes. Leurs conseils en matière de mécanique vont certainement nous être d’un précieux secours.

Merci aussi à Nelly et Jérôme pour leur soutien, leurs encouragements et avec qui nous partageons leurs souvenirs de voyage ainsi que leurs petites recettes de cuisine venues d’ailleurs. C’est très enrichissant et nous les embrassons très fort.

Nous vous donnons rendez-vous fin novembre pour vous faire part d’anecdotes, de surprises et de belles rencontres….
Marie-Claire et Christian