Premieres impressions de la Patagonie

Notre decouverte de la Patagonie s’est faite a travers une meteo tres capricieuse ! En une journee, nous pouvons avoir du soleil, des nuages, de la pluie et enfin de la neige. On se dit que ca fait le charme du pays meme si le vent risque de nous faire passer de sales quarts d’heures 🙁 Nous avons fait nos premiers tours de pedales hier et aujourd’hui aux alentours d’Ushuaia, et nous avons decouvert un joli paysages compose de montagnes enneigees et une baie ( Baie de Beagle ) plutot mysterieuse. Tantot grise tantot illuminee par le soleil, quelques voiliers tentent des sorties lorsque le vent n’est pas trop fort. Les paysages nous plaisent et les gens sont plutot gentils … lorsque l’on arrive a communiquer !

Un bemole, et de taille, la voie TOURISTIQUE que la ville d’Ushuaia a pris. En effet, le charme de l’endroit disparait totalement lorsque dans la rue principale les touristes se bousculent pour acheter des souvenirs marques de la mention : ” Fin del mundo”. Ceci est d’ailleurs faux car le village le plus austral du monde se trouve de l’autre cote de la baie, du cote Chilien: Puerto William. Les attrapes touristes sont nombreux et nous sommes tombes deux fois dans le panneau. La premiere lorsque l’on m’a proposee des timbres avec les cartes que je venais d’acheter. Les timbres en question etaient des timbres DHL … 4.50$Ar. La deuxieme arnaque c’etait hier soir au restaurant. Nous voulions tester la viande cuite a la broche autour d’un feu. Le plat que l’on nous a apporte etait compose de plein de sortes de viandes differentes cuites autour du feu: poulet, boeuf, porc, boudin, saucisses …. c’etait mauvais au point que j’avais du mal a avaler ! L’image de l’Argentine que j’avais est bien loin de cette soiree ratee au restaurant; mais le voyage ne fait que commencer.

A la vache !

Ushuaia

Notre voyage en avion pour Ushuaia s’est tres bien passe, meme bien mieux que celui de la semaine derniere … Nous avons paye un prix raisonnable pour le poids supplementaire des bagages et le vol a ete plutot agreable : en fait on a beaucoup dormi 😉 Lors de l’escale a El Calafate, nous decouvrons les Andes de Patagonie et nous sommes ravis de voir des sommets encore enneiges au milieu des paysages grandioses. Nous sommes arrives en debut d’apres-midi a Ushuaia, sous les nuages et une fraicheur printaniere similaire a ce que l’on a connu au Nunavik. Nos 2 taxis ( oui j’ai bien ecris 2 car avec 2 velos et une remorque ca fait pas mal de bagages a transporter ! ) nous conduisent a notre auberge “Abra Ushuaia”. L’auberge est une vieille maison jaune pleine de charme tenue par une famille. Maria nous accueille le sourire aux levres et se fait une joie de nous parler en francais lorsque nous lui annoncons notre pays d’origine … La “maitresse” des lieux est un Dog Argentin blanc qui aime dormir et se prelasser au coin du feu !

La grippe de Jerome n’etant pas tout a fait passee, nous quittons l’auberge vers midi aujourd’hui en quete d’une boutique de velos. En effet, le dernier equipement que nous n’avons pas encore mais qui se revele indispensable est le casque. Notre recherche s’est finie au restaurant du coin devant une enorme salade ! Puis dans l’apres-midi le ciel s’est degage et un magnifique panorama s’est offert a nous: voiliers dans la baie de Beagle, nombreux pics blancs au Nord, au Sud, a l’Est et a l’Ouest de la ville.

Les maisons d’Ushuaia sont veritablement faites de bric et de broc, de toutes les formes et toutes les couleurs possibles et inimaginables. Cette petite ville, malgre le flot de touristes, nous plait et nous retrouvons une ambiance a la fois calme ( partie residentielle ) et animee ( dans les rues commercantes ) qui nous seduit !

Ushuaia_02.jpg Ushuaia_03.jpg

J’ai decide de mettre a l’aquarelle, ca sera un bon moyen de “croquer” les paysages et les gens … le seul probleme est le poids que le materiel va prendre dans mes sacoches 😉

Ushuaia_01.jpg

Buenos Aires, suite et fin

Mes impressions pele-mele de Buenos Aires sont: les bus bondes qui crachent une fumee noire, les torpedos tres á la mode chez les cyclistes temeraires, les vendeurs dans la rue de tout et n’importe quoi ( peluches, CD disco, bretelles de soutien-george … ). Je pense que ce qui m’a le plus frappee ce sont toutes les personnes qui passent leur journee á eventrer les sacs des poubelles afin de recuperer carton et plastique qu’ils revendront certainement ! La chaleur accentue les odeurs et c’est parfois tres desagreable de passer quelques secondes a cote de dizaines de poubelles eventrees qui gisent sur le trottoire.

Mais Buenos Aires c’est aussi la ville ou est ne le Tango. Dimanche dernier, nous avons assiste á un show de tango dans l’un des plus ancien “bistro” de la ville : TORTONI. Cree dans les annees 1850 par un francais, le lieu attire de nombreux touristes mais egalement les gens du quartier qui se retrouvent entre amis apres une journee de travail. Les Porteños sont des gens sympathiques, qui aiment sortir ( á tous les ages et en famille ) et voir leurs amis.

Nos premiers rapports avec les Argentins n’ont pas ete aises du fait de notre manque de connaissances de l’espagnol. Par exemple le 2eme jour dans la capitale, en rentrant dans un restaurant, je me suis exprimee en italien croyant parler espagnol !! Le serveur m’a dit en souriant “Italian ?!” et en plus je lui ai dit “Oui”. Lorsqu’une autre serveuse vient quelques minutes plus tard prendre notre commande, j’essaie de lui dire que j’ai besoin de quelques minutes pour choisir. Je baragouine un truc du type ” dos minutas” et celle-ci comprend “Pizza” … !!! Ca ne va pas etre facile mais a force de parler ca devrait finir par devenir plus naturel pour nous de discuter en espagnol.

Lundi et mardi derniers, nous n’avons pas quitte le quartier de l’auberge pour cause de rhume carabine. On a quand meme goute au “bife de chorizo” ( biftsteack á la version argentine : delicieux !! ), au submarino ( lait chaud dans lequel on fait fondre un carreau de chocolat ) et aux empanadas (chaussons fourres au poulet, au boeuf … ) ¡ humm Bon appetit !

Hola Buenos Aires !

Nous avons largue les amarres une nouvelle fois pour nous envoler vers l’Argentine où nous sommes arrives mercredi en fin d’apres-midi. Le voyage a été long et a plutôt démarré sur les chapeaux de roue : nous avons dû réorganiser les bagages dans l’aéroport car nous étions en surplus, lorsque les cartons des vélos sont passes aux rayons X nous avons dû abandonner l’une de nos deux bouteilles du réchaud, enfin nous avons embarque moins de 5 minutes avant le décollage pour cause de surbooking …. ah les joies du voyage en avion ! Le reste du périple s’est bien passe, nous avons fait une escale surprise à Santagio avant d’arriver sur Buenos Aires. Nous sommes un peu abrutis par la chaleur en arrivant mais nous découvrons des vieilles voitures type Peugeot 504 sur le périphérique, des grandes barres d’immeubles longent ces avenues : tout ça me rappelle Lyon et sa banlieue. Notre taxi est un Kangoo et les 2 vélos sont attaches sur le toit avec une simple cordelette, c’est le système D ! En arrivant a l´hôtel, Alejandro auprès de qui j’avais fait les réservations m’accueille en me faisant la bise !! L´hôtel a du charme et date des années 1920. Vers 17 heures, nous nous endormons, terrasses par la fatigue, la chaleur et le décalage horaire. Vers 19 heures, nous décidons de sortir prendre la température de la ville, nous découvrons de grandes avenues très vivantes, beaucoup de personnes se promenant mais a un rythme soutenu malgré tout. Au hasard des rues, nous découvrons le Congres, immense bâtiment gris protégé`par des dizaines et dizaines de policiers. Dans le parc en face, des gens jouent au football, d’autres discutent en buvant du maté ( thé originaire des Indiens Guarani et boisson nationale). Le bruit de la circulation et des gens nous surprend un peu et rien ne s’arrête malgré la tombée de la nuit. On est dans un pays latin : ça se voit et ça s’entend !

Plaza Miserere Sortie d´école Metro Obelisque