Avec la découverte de l’or dans la rivière Klondike (à Dawson) en 1896, le territoire du Yukon a attiré des milliers de personnes: chercheurs, aventuriers, femmes faisant du commerce (mais pas seulement de leur corps). Ces voyageurs venaient de Dyea (à moins de 10 km de Skagway sur la Côte Pacifique de l’Alaska ), traversaient le col Chilkoot et descendaient le fleuve Yukon jusqu’à Dawson. Vers la fin de 1897, on dénombrait des milliers de chercheurs d’or en route vers le Klondike via la rivière Yukon.

A l’automne 1897, Norman Macaulay, un commerçant de 28 ans originaire de Victoria en Colombie-Britanique, installe un relais-saloon à l’entrée d’un chemin de portage qui contournait le canyon Miles et les rapides White Horse. Il avait prévu la marée humaine qui devait bientôt déferler sur le cours supérieur du fleuve et se rendait bien compte qu’il gagnerait davantage d’argent en fournissant des services aux prospecteurs qu’en cherchant lui même de l’or.

Durant l’hiver 1897-1898, il embauche une équipe de 18 hommes qui en 21 jours installent 7 kilomètres de rails rudimentaires à travers des broussailles épaisses. Ainsi, de petites voitures sommaires, portées sur de lourdes roues en fonte, étaient tirées le long de cette voie par un seul cheval. Un deuxième cheval pouvait être attelé pour gravir les pentes raides ou tirer les chargements lourds. Le tramway s’offrait comme une solution sécuritaire. En effet, il permettait d’éviter le passage des rapides en transportant par voie terrestre les bateaux pour la somme de 25$ et leurs chargements pour 3 sous la livre. Au plus fort de son activité, les traminots travaillaient 24 heures par jours et transportaient entre 70 et 90 tonnes de marchandises par jour avec l’aide de 23 chevaux.

En Août 1899, Macaulay vend son entreprise à un agent de la White Pass & Yukon Corporation pour un montant (selon les rumeurs) de 185.000$.

L’année 1900 marque la fin de l’exploitation du tramway à Canyon City. En effet, avec la construction du chemin de fer de la White Pass, rien n’incitait plus les gens à y rester. Canyon City s’est rapidement délabré ensuite, laissant la forêt et les éléments reprendre le dessus.

Néanmoins, un article du journal “Whitehorse Star” daté de 1906,indique qu’une dame autochtone âgée était décédée dans sa maison de Canyon City. Son corps a été transporté en traîneaux à chiens afin d’être inhumée à Marsh Lake.

Lorsque je me suis rendue pour la première fois à Canyon City, ce qui m’a frappée c’était de me retrouver dans un endroit où la nature avait repris son cours naturel tout en laissant à la vue les indices d’une activité humaine intense. Je ne me doutais pas que des centaines de boites de conserves rouillées pouvaient m’inspirer autant, et pourtant … !

Sources:

Publication du ministère du tourisme du Yukon “Du sentier au tramway: l’archéologie de Canyon City”

Photo du groupe de traminots: www.hougengroup.com

Photo des caisses en attente de chargement le long de la rivière Yukon: www.yukon-news.com

 

Comments

comments