Si notre route passe par la ville de San Carlos de Bariloche, c’est avant tout parce que nous attendons un colis très important pour nos vélos. En effet, de nouveaux porte-bagages doivent nous permettre de mieux repartir le poids sur nos montures et repartir pour plusieurs autres milliers de km !

Mais voila la douane Argentine prend son temps et notre colis attend sagement dans un coin de bureau ! En attendant de pouvoir récupérer le matériel, nous décidons de partir explorer la région en vélo. Nous prenons la direction du sud sur la fameuse route 40 et des la sortie de la ville, nous découvrons les sommets environnants. Ils sont impressionnants et nombreux. Leurs formes et leurs couleurs sont étranges, je suis séduite bien que la vision que j’avais de la région est différente en tout point du panorama qui se dessine devant nos yeux.

La route 40 qui traverse le pays du Nord au Sud passe a proximité du lac Mascardi. Eaux turquoises, sommets protecteurs, le paysage est charmant. Un panneau étrange au bord de route nous interpelle : un site de camping se trouve 3 km plus bas au bord du lac. Nous décidons de nous engager sur cette voie qui nous mène au milieu de la terre Mapuche de la Communauté Lof ( ce qui signifie terrain en langue mapuche ) Wiritray ( = qui s’élève ). Le chemin de terre et de pierres qui mène au site n’est pas facile, quelques passages dans le sable mais des notre arrivée, nous sommes accueillis par Clarisse. Clarisse est indienne Mapuche et s’occupe de la gestion du camping. Elle nous offre le mate et des “tortas”, petits pains frits traditionnels. Son sourire et son hospitalité nous réchauffent le cœur. Nous passons 2 jours au bord du lac, l’endroit respire la tranquillité, tout est paisible. Lorsque nous quittons Clarisse, elle nous dit a quel point elle est triste de nous voir partir !! Elle nous donne plusieurs numéros de téléphone afin que nous restions en contact. Une rencontre aussi chaleureuse ça ne s’oublie pas 🙂

Clarisse et sa maman, Ester : ( désolée, la photo est floue : trop d’émotions ! )

Argentina_Velo_Nahuel_Huapi_09

Les couleurs de la nation Mapuche :

Les couleurs de la nation Mapuche

Les couleurs de la nation Mapuche

Nous continuons notre chemin vers le sud, toujours au bord du lac Mascardi. Arrives a Villa Mascardi, nous prenons a nouveau un chemin de terre qui nous mène dans une foret, au pied d’une montagne dont la crête donne le vertige ! Nous campons 2 jours dans le bois, a l’abri des regards. Tels des Robinson Crusoe, nous nous approvisionnons dans la rivière toute proche. Un chemin semble monter vers le sommet qui nous domine. Notre passion de la montagne reprend le dessus et nous grimpons, grimpons, grimpons encore ( 4 heures de montées ) jusqu’à 2000 mètres. Les nuages menaçants rendent le paysage inquiétant mais quelle beauté ! La fraicheur et les rafales de vent ne gâchent en rien notre plaisir d’avoir grimpe ce sommet.

Argentina_Velo_Nahuel_Huapi_11

De retour sur Bariloche, le colis n’est toujours pas disponible et commence a prendre la poussière ! Ni une ni deux, nous repartons, a pieds cette fois-ci grimper les sommets qui dominent le lac Nahuel Huapi. 4 jours de marche, de découvertes, d’imprévus … Notre premier bivouac se trouve a 2000 mètres d’altitude, au-dessus de la station de Villa Catedral. Le paysage est entièrement minéral mais on a l’impression d’être sur le toit du monde. On est HEUREUX !

Argentina_Velo_Nahuel_Huapi_02

La nuit la douce lumière de la pleine lune nous berce, on ne sait plus trop si on est sur la terre ou dans le ciel.

Nahuel_Huapi_04.jpg

Le deuxième jour, nous descendons dans une vallée sillonnée par une rivière. Nous la remontons ensuite pour finir par grimper sur la crête et redescendre dans une autre vallée ou se trouve le refuge San Martin. On n’est pas vraiment friand de l’ambiance “montagnarde” du refuge et petit a petit, les sites de campement environnants se remplissent de randonneurs. Certains boivent même de la bière au bord du lac tout proche. Le contraste avec le campement de la veille est saisissant ! Nous décidons de changer de route et nous choisissons de redescendre la vallée le lendemain et de grimper le Cerro Bella Vista ( Mont Belle Vue ). Notre carte de randonnée ( très mauvaise d’ailleurs, Jérôme l’a déchirée … ) indique que 6 heures sont nécessaires pour monter au refuge. Nous pensions que les 6 heures correspondaient a la montée et donc qu’il nous faudrait moins de temps pour descendre. En fait il nous faut plus de 5 heures 30 de marche pour descendre la vallée … nous arrivons a 15H30 en bas du Cerro Bella Vista. C’est trop tard pour entamer une montée de 600 mètres ! Nous décidons de monter malgré tout, nos muscles sont chauds et nos tendons aussi. Malheureusement il n’y a pas d’eau au sommet et nos réserves ne nous permettent pas de bivouaquer la-haut ! Quel dommage la vue est superbe et on comprend pourquoi le sommet porte son nom. La nuit commence a tomber, nous redescendons, tristes de ne pas pouvoir dormir sous les étoiles. A 1300 mètres, nous posons la tente au milieu du sentier de randonnée. Ça fait presque 10 heures que nous marchons. La vue sur le lac Nahuel Huapi est belle, on se console ainsi !!

Au petit matin, le lever du soleil est propice a quelques photos :

 

Par contre moi je le suis moins … (propice a une photo 😉

 

Nous sommes a nouveau a Bariloche ou nous espérons récupérer notre colis demain, si tout va bien !!

La patience est notre nouvelle amie 😉

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Comments

comments