Je profite d’une journée de pause a Junin de Los Andes pour exprimer nos sentiments et impressions sur la vie en Argentine ainsi qu’au Chili. En effet, lorsque je pense a l’Argentine, les premiers mots qui me viennent a l’esprit sont tous lies a la nourriture : facturas (mini viennoiseries), submarino (barre de chocolat fondue dans du lait), empanadas et Milanese (escalope milanaise) … mais l’Argentine c’est aussi le mate que tout le monde pratiquement sans exception boit tout au long de la journée et partage avec ses amis. Le mate est donc un symbole d’amitié et de partage. Nous aussi on s’y est mis, et ça facilite la digestion (surtout après avoir mangé des papas fritas (frites) et des milaneses au repas 😉 Les Argentins nous apparaissent comme des gens chaleureux au fort tempérament. Un peu comme les peuples de la Méditerranéenne. La bise est de rigueur lorsque croise un ami dans la rue mais seulement sur une joue !

Au fil de notre route, nous avons senti de gros décalages entre des villes pourtant distantes de moins de 50km. En effet, a San Martin le cote “exploitation touristique” nous a vite fatigues et la froideur de certains commerçants nous a également repoussés ! Des croix gammées taguees sur l’asphalte et sur les murs nous ont mis mal a l’aise. J’ai parfois l’impression que le “temps” s’est arrêté aux années 1930/1940. C’est un peu comme un retour dans le passe qui fait froid dans le dos. Les voitures sont nombreuses, le trafic important surtout en sortie de ville.

Par contre a Junin de los Andes, la vue de nombreux cyclistes nous frappe. En effet, de 5 ans a 75 ans, filles ou garçons, en courses ou a la sortie de l’école, tous se déplacent a vélo ou en torpedo ! On trouve ca charmant. Les quelques voitures de la ville sont pour la moitie de vrais tacots et on se demande parfois comment ces engins font pour continuer a rouler dans cet état.

Au Chili on a sans doute eu peu de chance, mais notre impression est plus mitigée car le pays est très irrégulier. On a fait des rencontres ou très charmantes (comme a La Junta) ou très désagréables ! Dans l’ensemble ce peuple est plus réservé et je pense que c’est le pays le moins “latin” de toute l’Amérique du Sud. Le cout de la vie étant plus élevé qu’en Argentine, on a l’impression que les visiteurs “petit budget” ne sont pas forcement les bienvenus ! Cependant nous n’avons pas encore eu la chance de découvrir le Nord qui doit être différent en tout point du Sud.

L’accent chilien qui consiste a ne pas prononcer les “S” dans les mots = Lito pour listo ( fini, pret), Caco pour casco (casque) nous semble plus facile a comprendre ( du moins après plusieurs semaines d’immersion en Terre Castillane ) que l’accent Argentin. En effet en Argentine, les “ch” sont de rigeur (d’ou Che Guevara) et les mots qui comportent des “y” ou “ll” se prononcent “ch”: “que le vacha bien” pour “que le vaya bien” ou “chave” pour “llave” (cle).

En prenant conscience de ces différences de prononciation, on se rend compte que notre “espagnol” est en progrès ! Il était temps après plus de 4 mois de voyage 🙂

Nahuel_Huapi_12.jpg

Print Friendly, PDF & Email

Comments

comments