Les imprévus du voyage nous ont mené dans une ville que nous avions pourtant décidé d’éviter. En effet, nous nous retrouvons dans la deuxième ville du Mexique: Guadalajara qui compte plus de 12 millions d’habitants. Le hasard des rencontres fait parfois bien les choses, en effet, nous sommes hébergés chez un architecte qui est aussi bénévole à la casa del ciclista (maison du cycliste) de la ville. C’est donc par l’intermédiaire de notre hôte, Florentino Navarro, que nous faisons connaissance avec le groupe de passionnés de vélo qui font vivre, par leur énergie incroyable, l’endroit. Faire du vélo dans une agglomération aussi grande n’est pas chose facile, mais ce collectif, parmi d’autres, souhaite changer les choses et promouvoir le vélo pour faire évoluer les mentalités. Ainsi il y a 8 ans, un groupe d’amis ont mis en place des tours de la ville en vélo pour les passionnés de la « petite reine ». Puis l’idée de se réunir dans un endroit à fait son chemin. Après s’être regroupé et formé en association civile, ils ont crée la casa del ciclista de Guadalajara qui a trois fonctions principales: la première est d ‘offrir un endroit pour se réunir où tous les cyclistes sont les bienvenus peu importe les différences sociales. Deuxièmement, elle offre un hébergement aux cyclo-touristes de passage dans la ville. Et cet aspect fonctionne plutôt bien puisqu’en 3 mois, une vingtaines de voyageurs à vélo ont posé leurs sacoches pour une nuit ou plusieurs jours. Enfin, la présence d’un atelier communautaire permet la réparation ou l’ajustement de son vélo. Lorsque des voyageurs décident de se reposer un moment dans la maison du cycliste, une contribution monétaire leur ai demandé afin promouvoir et d’encourager le travail fait dans l’atelier.

Échange des idées,

La maison du cycliste est aussi un lieu de rencontre et de travail dans un espace commun. En effet, il y a quelques mois, le collectif a décidé de déménager dans un endroit plus grand et plus approprié qui permet d’accueillir d’autres groupes lors de réunions. Espace de travail dans un lieu social, l’échange des idées et la collaboration sont mis en avant. Jamais à court d’idées, une revue bi-mensuelle distribuée gratuitement est un autre projet du collectif. « Ciudad en bici » (La ville en vélo) traite de tout ce qui est en relation avec le cyclisme. Cependant, dans les prochains mois, le magazine va élargir son champ de vision, Mario qui est responsable mécanique de l’atelier et membre du conseil éditorial précise: « À partir de cette année, nous avons l’ambition d’élargir la publication à d’autres thèmes parce qu’il n’est pas question uniquement de vélo. Il y a d’autres thèmes qui nous intéressent beaucoup comme l’autonomie ou la communauté. » Le collectif fait donc tout pour rendre leur ville plus humaine et ainsi promouvoir des alternatives de vie.

Projet en cours

Lors de notre passage à la maison du cycliste, un groupe de 15 personnes, toutes bénévoles s’activaient à la construction d’un stationnement de vélo en face de l’atelier. En effet, cette récupération de l’espace urbain est une nécessité. Alors que seulement 2 voitures pouvaient se garer, c’est maintenant un espace où 15 vélos peuvent stationner. « Nous avons récupéré cet espace car c’était devenu une nécessité ! » Florentino Navarro, l’architecte bénévole du projet, a travaillé sur la planification et a construit avec l’aide des autres bénévoles pendant deux jours: « Ma motivation dans ce projet est que ce groupe de personnes sont unies et veulent changer la ville de Guadalajara pour promouvoir d’autres moyens de transports plus écologiques. Ils veulent vraiment rendre la ville plus agréable. » conclue-t-il dans un large sourire.

PDF

 

Print Friendly, PDF & Email

Comments

comments